107 views
# Web3.0 un truc immense se prépare Il y a beaucoup de buzz autour du web 3.0 et des changements radicaux qu'il apportera à l'industrie, mais peu de gens savent réellement pourquoi il a engendré et ce qu'il va apporter. Pour comprendre cela, il faut remonter le temps et examiner ses prédécesseurs, Web 1.0 & 2.0. Tout comme au Moyen Âge, le Web 1.0 n'a reçu son nom qu'au moment où il a mordu la poussière. Le " World Wide Web ", comme on l'appelait, n'était qu'un ensemble de sites Web statiques avec une quantité d'informations et sans contenu interactif. Pour se connecter, il fallait composer un numéro grâce à des modems branlants et empêcher n'importe qui dans la maison d'utiliser le téléphone. C'était le site web d'AOL chat rooms et MSN messenger, d'AltaVista et de Ask Jeeves. C'était incroyablement lent. Vidéos et musique en streaming ? Oublie ça. Télécharger une chanson prendrait au moins une journée. ## Et puis il y a eu 2.0 La mémoire des modems bleepy et des interfaces ennuyeuses a largement disparu. Les vitesses plus rapides d'Internet ont ouvert la voie au contenu interactif, le Web n'était plus une question d'observation, il s'agissait de participation. Le partage mondial de l'information a donné naissance à l'ère des " médias sociaux ". Youtube, Wikipedia, Flickr et Facebook ont donné la parole aux sans-voix et ont permis à des communautés aux vues similaires de se développer. La publication de ce billet de blog me prendra 30 secondes sans tracas, une amélioration incommensurable par rapport à l'époque où il fallait un effort concerté entre concepteurs, développeurs et administrateurs juste pour faire une simple modification du site Web. Nous pourrions appeler cela l'ère de la "lecture-écriture-publication" - où la diffusion de l'information est aussi simple que ces trois mots. La question se pose donc, le web 2.0 est génial, qu'est-ce qui a mal tourné ? ## L'information, c'est de l'argent L'ONU estime que le nombre d'internautes est passé de 738 millions à 3,2 milliards entre 2000 et 2015. Il s'agit là d'une quantité insondable de données qui circulent et, comme l'ont compris les grandes entreprises numériques, les renseignements personnels constituent un atout extrêmement précieux. C'est ainsi qu'a commencé le stockage de masse des données sur des serveurs centralisés, Amazon, Facebook et Twitter étant les plus grands dépositaires. Les gens ont sacrifié la sécurité pour la commodité de ces services ; qu'ils le sachent ou non, leur identité, leurs habitudes de navigation, leurs recherches et les renseignements sur leurs achats en ligne ont été vendus au plus offrant. ## La révolution 3.0 A ce stade, les exposants du Web 2.0 rêvaient déjà d'un successeur. La prochaine toile, ont-ils envisagé, prendrait un tour nostalgique de la vision du Web 1.0 : plus " humain " et plus de vie privée. Plutôt que de concentrer le pouvoir (et les données) entre les mains d'énormes mastodontes aux motifs douteux, il serait rendu aux propriétaires légitimes. La vision d'un web plus juste et plus transparent remonte à environ 2006, mais les outils et les technologies n'étaient pas disponibles pour qu'elle se concrétise. Bitcoin n'était encore qu'à trois ans de la fin, avec la notion d'un grand livre distribué, ou d'une chaîne de blocs, pour le stockage numérique peer-to-peer. L'idée était la décentralisation ; la chaîne de blocs en était le moyen. Maintenant, nous avons ce que l'on appelle l'Internet centré sur l'être humain. ## Le web pro-privacy, anti-monopole Alors que le Web 2.0 a démocratisé de nombreuses structures de pouvoir et créé de nouvelles opportunités, le moteur économique est largement privatisé et monopolisé. Facebook, Uber et AirBnB ont créé des réseaux privés pour les infrastructures publiques qu'ils dominent. Le Web 3.0 en est l'antithèse, il s'agit d'un partage de la valeur entre plusieurs centres de profit sur un réseau ouvert. Il est facile d'envisager un avenir pas trop lointain où les téléphones cryptographiques, les VPN, le stockage décentralisé et les portefeuilles cryptocurrentiels sont répandus. Un avenir sans le besoin de fournisseurs de réseaux et de cellulaires qui suspendent ou surveillent nos informations. Si nous voulons éviter de somnambuler dans une dystopie de la vie privée de style Black Mirror, voici les outils dont nous avons besoin. Le Web 3.0 offre un certain nombre d'avantages : - **Pas de point central de contrôle** : Les intermédiaires sont retirés de l'équation, les chaînes de blocage comme Ethereum fournissent une plate-forme sans confiance où les règles sont inviolables et les données sont entièrement cryptées. Alphabet et Apple n'auront plus le contrôle des données des utilisateurs. Aucun gouvernement ou entité n'aura la capacité de tuer des sites et des services ; et aucun individu ne peut contrôler l'identité des autres. - **Propriété des données** : Les utilisateurs finaux reprendront le contrôle total des données et bénéficieront de la sécurité du cryptage. L'information peut ensuite être partagée au cas par cas et sur autorisation. À l'heure actuelle, de grandes entreprises comme Amazon et Facebook ont des usines de serveurs qui stockent des informations sur les préférences alimentaires, les revenus, les intérêts, les détails des cartes de crédit et plus encore. Il ne s'agit pas seulement d'améliorer leurs services - les spécialistes du marketing et les annonceurs paient des milliards chaque année pour les données. - **Réduction spectaculaire du nombre de piratages et d'atteintes à la protection des données** : Comme les données seront décentralisées et distribuées, les pirates devront désactiver l'ensemble du réseau, tandis que les outils parrainés par l'État, tels que Vault7, utilisés par les organismes à trois lettres, seront rendus désuets. À l'heure actuelle, les sociétés Internet sont obligées de remettre les données des utilisateurs ou de succomber à l'examen minutieux de l'ensemble de la base de données. Ces intrusions de données ne se limitent pas aux menaces de sécurité majeures telles que le terrorisme ; en 2017, Coinbase a poursuivi l'IRS en justice pour avoir demandé à voir les données de plus de 15.000 clients. >Le coût des atteintes à la protection des données devrait dépasser 2,1 billions de dollars américains d'ici 2019. >L'affaire, que Coinbase a finalement perdue, a ouvert la voie à des entités gouvernementales qui ont pu s'emparer des finances de milliers de clients, sans motif valable pour justifier leur intrusion. De tels cas ne sont malheureusement pas isolés ; en 2013, le fournisseur de messagerie électronique sécurisée Lavabit a choisi de fermer plutôt que de remettre ses clés SSL au gouvernement américain pour qu'il puisse surveiller Edward Snowden. - **Interopérabilité** : Les applications seront faciles à personnaliser et agnostiques, capables de fonctionner sur des téléphones intelligents, des téléviseurs, des automobiles, des micro-ondes et des capteurs intelligents. À l'heure actuelle, les applications sont spécifiques au système d'exploitation et sont souvent limitées à un seul système d'exploitation. Par exemple, de nombreux portefeuilles cryptocurrency Android ne sont pas disponibles sur les iOs, causant de la frustration pour les consommateurs qui utilisent plusieurs appareils. Il ajoute des dépenses pour les développeurs chargés d'émettre de multiples itérations et mises à jour de leurs logiciels. - **Blockchain Libre** : N'importe qui peut créer une adresse et interagir avec le réseau. Le pouvoir d'accéder à des chaînes sans permission ne peut être surestimé. Les utilisateurs ne seront pas exclus pour des raisons de géographie, de revenu, de sexe, d'orientation ou d'une foule d'autres facteurs sociologiques et démographiques. La richesse et les autres actifs numériques peuvent être transférés d'un pays à l'autre, rapidement et efficacement, partout dans le monde. - **Service ininterrompu** : La suspension de compte et le déni de service distribué sont considérablement réduits. Comme il n'y a pas de point de défaillance unique, les interruptions de service seront minimes. Les données seront stockées sur des nœuds distribués pour assurer la redondance et des sauvegardes multiples préviendront les pannes ou les saisies de serveurs. ## Comment cela fonctionnera-t-il ? Comme toute technologie émergente est encore en cours de perfectionnement. Pour accéder au Web décentralisé, les gens n'auront besoin que d'une graine. Ce sera un atout unique qui permettra l'interaction avec dApps et d'autres services. Les personnes continueront d'utiliser un navigateur Web pour accéder à Internet et, visuellement, il sera convivial pour le Web 2.0. En surface, la courbe d'apprentissage de 2.0 à 3.0 sera douce. Mais dans les coulisses, le cadre qui relie les utilisateurs aux services numériques est très différent. Les transactions sont signées et vérifiées manuellement, afin d'empêcher les plateformes de détourner des renseignements personnels sans raison valable. Les internautes choisiront d'y participer plutôt que d'essayer - et souvent d'échouer - de s'exclure. >Au lieu de Google Drive ou Dropbox, nous avons des services comme Storj, Siacoin, Filecoin ou la technologie IPFS pour distribuer et stocker des fichiers. >Au lieu de Skype, nous avons des plates-formes comme Experty.io. >Au lieu de WhatsApp et Wechat, nous avons Status >Au lieu de systèmes d'exploitation tels que iOS et Android, des frameworks tels que Essentia.one et EOS fournissent une passerelle vers le nouveau web. >Akasha ou Steemit joueront le rôle de Facebook, le navigateur Brave servira de Chrome et Ethlance pourra remplacer Upwork. Ce ne sont là que quelques exemples. Au fur et à mesure que le Web 3.0 entrera en action, de nouvelles plates-formes verront le jour avec un niveau de concurrence sain qui ne sera pas limité par les fournisseurs de services monopolistiques. Il est probable que les meilleurs dApps et services décentralisés que nous utiliserons dans trois ans ne sont rien de plus qu'une lueur aux yeux des développeurs. Le concept est le suivant : à l'heure actuelle, les applications, portefeuilles, plates-formes et autres actifs numériques décentralisés qui composent le Web 3.0 sont dispersés. L'accès à ces interfaces nécessite des semences, des logins et des identités distincts - tout comme le Web 2.0 existant. Essentia.one reliera ces plates-formes disparates entre elles par le biais d'une semence unique. Étant donné que cette clé fonctionnera comme une clé chiffrée pouvant être associée à son propriétaire, Essentia fournira une preuve d'identité, mais sans donner plus d'informations sur l'identité de cette personne qu'il n'est nécessaire. Tout comme le Web 2.0 n'a pas automatiquement éteint le Web 1.0 (qui continue de se répandre dans certaines parties de l'Internet), le passage à la version 3.0 prendra du temps et s'intégrera aux systèmes en ligne existants. Les roues sont déjà en marche et le train a quitté la gare. Le Web 3.0 est une révolution en mouvement, nous avons dépassé le point de non-retour. https://medium.com/@matteozago/why-the-web-3-0-matters-and-you-should-know-about-it-a5851d63c949 Traduction deepl.com --- Je suis d'accord avec la conclusion de cette analyse de la venue du crypto Web3.0 Je me réjouis de l'association de la monnaie libre avec ses premiers services. g1sms.fr Et bientôt l'usage du G1Tag comme REC Tag pour copylaradio.com G1Jukebox IPFS :musical_note: